À l’attente de l’ouverture de la saison de pêche, les amateurs de cette activité se préparent déjà en vue de monter encore plus de carnassiers pour cette année. Si tel est votre cas, que vous eussiez opté pour la pêche en mer ou dans les eaux douces, voici quelques points à prendre en considération avant de vous lancer à vos cannes !

Se renseigner sur la saison de pêche

Afin de profiter au maximum du plaisir de la pêche, une bonne préparation s’impose. Pour se faire, commencez par consulter le calendrier d’ouverture pour voir le jour d’ouverture et de fermeture de la saison de pêche. La période varie en fonction de l’espèce que vous souhaitez capturer (truite, brochet, fontaine, salmonidé ou black-bass) ainsi que du type de spot (eau de 1re ou de 2e catégorie). Mais généralement, la pêche est ouverte durant toute l’année dans les eaux de la 2e catégorie. Par ailleurs, la période permise de pêche comme le deuxième samedi de mars et ferme le troisième dimanche du septembre.

Tout pêcheur doit également savoir qu’il existe une règle stricte sur les horaires de pêche. Les horaires autorisés commencent une demi-heure avant le lever du soleil et se termine une demi-heure avant son coucher. C’est une généralité, mais il existe des exceptions comme celui de la pêche de la carpe qui est une activité de nuit. Après avoir consulté les dates d’ouvertures et les conditions imposées dans votre localité, munissez-vous de votre carte de pêche. Après avoir suivi ces deux étapes, quelques vérifications s’imposent !

Revérifier son matériel

Même si vous aviez possédé le matériel complet lors de la précédente saison de pêche, il est toujours indispensable de revérifier si tout est encore là. Voyez si votre nylon n’est pas très vieux, si avec le temps, il se casse plus facilement. Si c’est le cas, remplacez-le. Voyez si tout votre matériel pêche au leurre est encore là. Vous aurez d’abord besoin d’une canne encore bien solide, d’un moulinet à tambour fixe, d’un nylon, des plombs, des montures, de l’hameçon plombé ainsi que de la monture simple et drachkovitch.

La deuxième astuce est de s’aventurer léger. N’apportez que le nécessaire pour ne pas vous encombrer. En effet, quoi de plus embêtant que d’être obligé de vider ses poches ou sa boîte à équipement pendant des minutes à la recherche d’un tel ou un tel outil alors que le poisson mord. Plus les matériels sont bien classés, et moins encombrants, plus vous resterez zen pendant votre partie de pêche.

Observer le spot de pêche et le mode de vie du poisson-cible

L’observation est une étape cruciale pendant la pêche. Parcourez les berges pour voir le comportement des carnassiers. Voyez s’ils s’activent entre les veines d’eau pour chasser les insectes ou s’ils restent immobiles en attendant que leur cible approche. Chaque espèce a également son mode opératoire, la truite, par exemple, se nourrit généralement pendant l’heure du déjeuner, lorsque le soleil chauffe favorablement les eaux. De plus, à ce moment, les ballets de vers, les cuillers ainsi que les mouches ne chassent plus.

Bien choisir la période de pêche

Une fois que la saison de pêche est ouverte, tous les amateurs et professionnels peuplent le bord des eaux pour gâter les premiers carnassiers qui se nourrissent sur les bords. Les poissons méfiants remarquent toutes ses agitations et vont se réfugier dans un coin plus tranquille pour attendre que toute cette agitation s’apaise. Venez donc de temps en temps pendant les semaines à venir pour attendre que la fréquentation s’apaise. Le moment venu, vous serez prêt à gâter les poissons qui se sont désespérément cachés dans leur coin pendant l’ouverture de la saison.

Un autre point qui réveille la méfiance du poisson prédateur est que pendant plusieurs mois (la saison interdite de pêche), la chasse est assez rude. Tout à coup, lorsque la saison est ouverte, les vers ainsi que les poissons-fourrages sont devenus tellement nombreux. La solution dans ce cas est de diversifier ses leurres de pêche en mer ou dans les eaux douces, de surprendre la cible par un menu original, un appât qu’il ne trouvera pas partout.

Soyez le plus discret possible

Lors de vos déplacements, soyez le plus discret possible, car certains carnassiers comme la truite sont assez méfiants. Il faut également veiller à ce que votre ombre ne recouvre pas le poste où le poisson se nourrit. Avec cette mouchetée, par exemple, évitez les approches précipitées, essayez plutôt une approche par l’arrière, c’est-à-dire une remonte à contre-courant.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.