Le sar fait partie de ces poissons qu'un pêcheur, même expérimenté, aura plus de mal à attraper. Et pour cause, la capture de cette proie curieuse avec un leurre demande une plus grande maîtrise technique et une bonne connaissance de ses habitudes.

 

Pêcher le sar au leurre : bien connaître ses mœurs

 

Le sar n'a pas la noblesse, ni la carrure du bar. Cette proie reste malgré tout un joli trophée, pour une bonne raison : bien malin est celui qui parvient à l'attraper. Ce sparidé est en effet très vigilant, très méfiant même vis-à-vis des leurres. Curieux de nature, il s'approche facilement des appâts que vous lui présentez. Par contre, vous devez vous armer de patience et user de toutes les combines pour le pousser à mordre.

 

Ce poisson vit essentiellement dans les fonds rocheux, où il se nourrit de presque tout ce qui lui tombe au nez. Son régime alimentaire se compose de petits poissons, de vers et de crustacés. Le sar commun se rencontre principalement dans les eaux de faible profondeur – de 0,5 à 1 m de profondeur. Les autres espèces, comme le sar à tête noire, évoluent plutôt dans les eaux de 2 à 3 mètres de profondeur. Leur comportement change en hiver, période pendant laquelle les sars préfèrent nager en profondeur pour profiter de températures plus clémentes. Ce sparidé se montre plus agressif – donc plus réceptif aux leurres – lorsque la mer est agitée.

 

Quels leurres pour pêcher le sar ?

 

Contrairement au bar qui réagit à presque tous les leurres, le sar a besoin d'appâts plus élaborés. Les leurres souples sont mieux adaptés si vous pêchez le sar dans une zone rocheuse, peu profonde. Ces amorces sont plus faciles à manier dans ces eaux et les risques de décrochage sont moindres. Couplés avec une tête plombée légère – moins de 6 g —, ces leurres permettent de prospecter méticuleusement les fonds de roche et de galets.

 

Les lames vibrantes, les jigs et autres leurres durs, bien qu'ils peuvent être efficaces, affichent un rendement médiocre dans ces milieux rocheux. Les leurres souples de type gulp minnow ou virgules rapportent par contre plus de touches et de prises, grâce à leur grande ressemblance aux proies favorites du sar. Les imitations de crustacés, les rockvibe shads, les worms, les grubs et les pièges en forme de verssont tout aussi productifs. Choisissez des leurres noirs pailletés, rouge vif ou orangé pour bénéficier d'une plus grande visibilité.

 

Comment animer les leurres dans la pêche du sar ?

 

Pour tromper la vigilance du sar, privilégiez les leurres de petite taille, entre 2 à 5 cm. L'animation joue aussi un rôle crucial, que vous pêchez depuis un bateau ou depuis le bord. Une technique en drop shot ou en single shot produit plusieurs touches et prises, à condition d'avoir un bon timing pour le ferrage. Si vous ne maîtrisez pas ces méthodes, optez pour une pêche simple et une animation lente. Lancez d'abord votre ligne non loin du poste ciblé et attendez que votre leurre touche le fond. Deux options s'offrent à vous à ce moment précis.

 

La première consiste à ramener le leurre sur un plan horizontal, en reproduisant les mouvements d'un crustacé méfiant. Entrecoupez l'animation de quelques pauses bien senties, pour laisser retomber le nuage de sédiments. Si vous voyez que le sar surveille votre leurre, mettez quelques coups de scion, puis poursuivez le ramener. Attendez que le sparidé attaque avec force avant de le ferrer. Ce poisson peut mordre à plusieurs reprises le bout et la queue du leurre, sans pourtant l'avaler. Aussi, faites preuve de patience pour pousser ce poisson à mordre complètement. Après deux ou trois touches sans résultats, remontez le leurre et enduisez-le d'un attractant olfactif spécial carnassier et sparidé. La seconde animation se fait sur un plan vertical, de préférence à vitesse réduite. Faites toujours quelques pauses pour observer la réaction du sar.

 

Le bon matériel pour pêcher le sar

 

Poisson robuste et féroce, le sar s'attrape principalement avec une canne puissante, mais légère, équipée d'un moulinet de taille située entre 5 000 à 8 000. Préférez une tresse multifilament de 15 à 20/100 au moins pour pouvoir lancer plus loin et bénéficier d'une plus grande résistance. Munissez-vous également de plombée légère ou moyenne – entre 5 et 10 g —, en prévision des variations de profondeur, surtout si vous pêchez en bateau. Un tel dispositif vous mettra toujours dans les meilleures dispositions, même en cas de forts courants. Pensez aussi à mettre votre épuisette à portée de main, le sar étant un poisson combattif et agressif lorsqu'il se sent pris au piège.

 

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.