L’été approche à grands pas. Quand on dit été, on pense à la mer, aux plages de sable fin. Et pour certains, aux prises qu'ils réaliseront au cours d'une pêche au leurre. La vive fait particulièrement rêver les amateurs de pêche au leurre.

La vive, une proie passionnante en mer

Pour éviter toute ambiguité, excluons d'emblée la petite vive, qui ne présente que peu d’intérêt pour les pêcheurs chevronnés. Intéressons-nous plutôt à la grande vive.

La grande vive vit en milieu marin. C’est un véritable prédateur qui aime guetter ses proies depuis les profondeurs. Elle est particulièrement agressive et n’a peur de rien. Il lui arrive même parfois d’intimider les plongeurs. Avec une taille pouvant atteindre 40 cm, la vive a de quoi impressionner le pêcheur débutant.  Ce poisson est en outre venimeux, donc à manier avec beaucoup de précaution. À noter que ce sont ses épines qui sont venimeuses, ce qui rajoute un peu plus de difficultés – et de piment - à sa capture. La chair du poisson ne l’est nullement.

La vive se nourrit essentiellement de petits poissons qu’elle gobe dans sa large gueule. Elle se montre peu active pendant la majeure partie de la journée, sauf durant ses heures de chasse. Elle se cache principalement au fond de l'eau, en attente d'une proie facile et imprudente qui passe à proximité. Cette paresse est seulement apparente  à la moindre opportunité, elle nage très rapidement à la verticale pour attraper sa victime et l’avaler sans plus de formalité. Vu son comportement, la vive figure incontestablement parmi les meilleurs trophées dont un pêcheur sportif puisse rêver.

En mer, la vive s'attrape essentiellement en plongée, armée d’une pique. Cette discipline est toutefois peu accessible au néophyte, ce poisson pouvant plonger jusqu'à 50 mètre. La réponse la plus naturelle et la plus abordabe est donc la pêche au leurre, depuis un bateau ou depuis le bord de la mer.

 

Quelle technique adopter ? Quel montage choisir ? Quel leurre ?

À cause de son comportement agressif, la vive réagit très bien aux petits appâts vivants et aux leurres qui s’animent dans son entourage. C’est une aubaine pour les pêcheurs qui peuvent avoir une certitude : si un poste abrite des vives, ces dernières se manifesteront toujours tôt ou tard.

Un montage à trois empiles est ce qui semble le plus adéquat pour leurrer ces poissons. Ces empiles vont varier entre 70 cm et 90 cm. Ce type de montage n’est pas différent des autres qui sont eux aussi destinés à caler au fond. En matière d’hameçon, le n° 4 à tige longue permet de minimiser les loupées et est plus facile à dégorger. Ne pas oublier que la vive a une bouche fragile. Il est donc important de la ramener en douceur et non précipitamment au risque de perdre la prise.

Quid des appâts ? La vive n’est pas vraiment une fine bouche. Elle gobe presque tout. Le plus important, c’est de choisir un appât qui s’anime beaucoup pour pousser le prédateur à attaquer. Les appâts naturels produisent des touches respectables, mais doivent être remplacés régulièrement. Les leurres souples de couleurs vives offrent un meilleur rendement, quelles que soient les conditions de pêche. 

Last but not least : pensez à emmener quelques outils pour manipuler le poisson. N'oubliez pas que que les piquants de la vive provouent des douleurs persistantes, qui ne se dissipent qu'après plusieurs heures. Ainsi, munissez-vous de gants en caoutchouc pour manipuler votre proie, d'une pince à mâchoire pour la saisir et une paire de ciseaux pour couper ses dangereuses épines situées au dos et près de ses oreille.

 

Que faire d'une grande vive pêchée au leurre ?

La grande vive est le principal ingrédient de la bouillabaisse. C'est même la recette qui exploite le mieux la chair parfumée et ferme de la vive. Les habitants du bassin d’Arcachon ont néanmoins leur manière à eux de préparer la grande vive. Dans cette région, on se régale d’un bon plat de filet de vive sauté à l’huile d’olive, servi avec de la crème safranée et des agrumes. Bien sûr, vous pourriez cuisiner votre prise selon votre propre méthode. Et si vous n'êtes pas trop motivé par l'idée de manger votre prise, il vous reste une autre option : l'ériger en trophée dans votre salon.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.