Technique ancienne, mais en perpétuelle évolution, la pêche aux leurres passionne toujours autant les amateurs et les professionnels. La pratique de cette activité exige un minimum de connaissances techniques et d'équipements. Voici tout ce que vous devez savoir et avoir avant de vous lancer dans cette discipline.

 

La pêche aux leurres : pour quoi ? Pour qui ?

 

Certains pensent à tort que la pêche au leurre est une discipline récente. Cette technique date pourtant de plus de trois siècles et existe depuis l'invention de la première imitation de poisson par Izaac Walton. Concrètement, la pêche au leurre est une approche consistant à piéger les gros poissons, en particulier les carnassiers, avec des imitations de leurs proies préférées. La fonction première du leurre monté au bout de la ligne est donc de réveiller l'instinct de chasseur des gros poissons, comme le brochet, la carpe, le mérou, le sandre, le saumon et bien d'autres. Cette technique fonctionne aussi très bien avec les petits poissons blancs.

 

L'efficacité de cette méthode résulte en premier lieu du réalisme flagrant des imitations disponibles actuellement. Entre les poissons-nageurs toujours plus perfectionnés, la cuillère tournante, la cuillère ondulante et les leurres souples, le pêcheur amateur et sportif a tout loisir d'adapter son appât factice au gré de ses envies et des conditions de pêche. Cette activité passionnante s'adresse aussi bien aux débutants souhaitant capturer leur premier brochet qu'aux professionnels, habitués aux joutes musclées avec des proies de plus de 40 à 50 cm de long. La pêche aux leurres se pratique en eau douce, dans les rivières, dans les étangs et lacs, mais aussi en mer, depuis le rivage ou à bord d'un bateau.

 

Les équipements de base pour débuter à la pêche aux leurres

 

La pêche aux leurres demande bien plus que de simples poissons-nageurs accrochés à une canne basique. Cette technique est bien plus efficace et intéressante avec de bons équipements, choisis en fonction de la taille du poisson que vous recherchez, du spot (en mer, en étang ou en eau douce) et de votre maîtrise des principes de base de la chasse aux poissons.

 

  • Le fil

 

Le pêcheur au leurre dispose de trois options de fil pour le montage : le fluorocarbone, le nylon et la tresse. Cette dernière est la plus résistante, tandis que le nylon – le fil traditionnel – se démarque par sa souplesse et son élasticité. Le fluorocarbone, lui, est presque invisible dans l'eau, sans oublier sa bonne tenue face aux dents coupantes des gros carnassiers.

 

 

  • La canne à pêche

 

La canne à pêche constitue le premier élément à avoir dans votre sac avant de jouer au plus fin avec les poissons. Deux grandes écoles s'affrontent sur ce point : les habitués de la canne américaine et les aficionados de la canne européenne traditionnelle.

 

Si vous cherchez une canne à pêche légère et maniable, le casting originaire des États-Unis est fait pour vous. Vous le reconnaîtrez facilement avec son moulinet à tambour et ses anneaux placés au-dessus du blank. Des équipementiers spécialisés dans la pêche proposent néanmoins des cannes casting de longueur supérieure à 2,40m.

 

La canne spinning, la plus couramment utilisée en Europe, se distingue par ses anneaux et son tambour fixés au dessous du blank. Elle est plutôt courte, légère et souple. Des modèles faits en fibre de verre ou en fibres de carbone existent sur le marché. La longueur moyenne d'une canne spinning varie de 2,10 à 2,40 m, même si des versions plus longues et plus évoluées sont également disponibles.

 

  • Le moulinet

 

Cet élément est l'un des plus sollicités lorsque vous menez une rude bataille contre des carnassiers féroces comme le sandre ou le brochet. Que ce soit pour laisser filer la ligne, remonter un poisson fatigué ou animer le leurre, le moulinet entre en action. Vous devez ainsi le sélectionner minutieusement, pour avoir un rendement optimal sur le terrain. Les performances d'un moulinet dépendent de plusieurs paramètres, dont sa contenance, son roulement, sa récupération de fil et son poids.

 

La contenance ou taille du moulinet correspond à la longueur maximale de fil qu'il peut contenir. Cette valeur dépend aussi du diamètre du fil employé. De manière générale, une contenance de 2500 à 3000 est suffisante pour pêcher l'ombre commun ou le saumon dans les lacs de montagne et les rivières. Prévoyez un moulinet de plus grande taille – plus de 4000 – pour la pêche en mer, où vous auriez besoin d'une ligne plus longue.

 

En matière de roulement, la règle à retenir est simple : plus le moulinet dispose de roulements, plus il est performant et précis. La récupération de fil ou TMV désigne la longueur de ligne récupérée en un tour de manivelle. Un moulinet à faible TMV, soit autour de 50 cm, est plus adapté à la pêche en eau calme, tandis qu'un moulinet de TMV supérieur à 70 cm offre plus de précision dans les eaux animées ou à fort courant.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.